ASSOCIATION SEIN SERMENT SOLIDAIRE (LOI. 1901)
BIENVENUE PARMI NOUS
Derniers sujets
» NOTRE CARTE DE VISITE
Hier à 12:24 par Admin.Jen

» CANCER DU SEIN METASTATIQUE
Jeu 30 Nov 2017 - 10:20 par Admin.Jen

» Merci pour les bonnets !
Lun 27 Nov 2017 - 12:37 par Admin.Jen

» NOUVELLE ASSOCIATION CONTRE CANCER
Jeu 23 Nov 2017 - 10:40 par Admin.Jen

» LE CURCUMABOX!!!
Jeu 23 Nov 2017 - 10:13 par Admin.Jen

» TRICOTHON 2017
Lun 13 Nov 2017 - 10:22 par Admin.Jen

» ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTEE
Ven 10 Nov 2017 - 19:44 par Admin.Jen

» RISQUE DE RECIDIVE CANCER HORMONODEPENDANT
Ven 10 Nov 2017 - 19:07 par Admin.Jen

» ARRETONS DE CULPABILISER LES FEMMES ATTEINTES DE ANCER DU SEIN
Ven 10 Nov 2017 - 19:05 par Admin.Jen

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Marque-page social

Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

{FORUMAGE}

Conservez et partagez l'adresse de ASSOCIATION SEIN SERMENT SOLIDAIRE (LOI. 1901) sur votre site de social bookmarking

LE GINSENG DIMIN FATIGUE PDT TTT CANCER

Ven 6 Juil 2012 - 10:01 par Admin.Jen

"http://www.lanutrition.fr/les..."

"Le ginseng en médecine traditionnelle chinoise,est vu comme une plante énergisante et revitalisante"
Or des chercheurs ont montre que".... Voir lien ci dessus .
MERCI. "Guérir .Org". http://www.guerir.org. Smile Smile Razz Razz

Commentaires: 3

www.seinsermentsolidaire.com

CHIMIO DANS CANCER DE L'OVAIRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

annonce CHIMIO DANS CANCER DE L'OVAIRE

Message par Admin.Jen le Mer 26 Fév 2014 - 15:23

"
Quels sont les médicaments de chimiothérapie utilisés dans le cancer de l'ovaire ?

De nombreux médicaments de chimiothérapie ont montré une efficacité dans le cancer de l'ovaire : ce cancer est dit "chimiosensible". Les plus utilisés sont :


  • les dérivés du platine : cisplatine, carboplatine
  • les taxanes : paclitaxel
  • les anthracyclines : doxorubicine liposomale
  • d'autres classes de médicaments : cyclophosphamide, topotecan, gemcitabine

[size][color][font]
De nombreuses études ont montré que l’association de plusieurs médicaments (polychimiothérapie) est plus efficace qu’un produit utilisé seul (monochimiothérapie).


Actuellement, le protocole le plus souvent utilisé est l’association de carboplatine et de paclitaxel.

Il y a, en permanence, des protocoles de recherche qui étudient de nouveaux médicaments ou des modalités différentes d'administration de produits connus. Certains médicaments ayant des modes d'action différents de la chimiothérapie ("thérapies ciblées") sont également en cours d'étude. Demandez à votre cancérologue si un tel essai thérapeutique est adapté à votre cas.

À quel rythme est administrée la chimiothérapie dans le cancer de l'ovaire ?

En général, six cures de chimiothérapie sont proposées. Toutefois le nombre de cures est adapté en fonction de chaque patiente, de l'effet obtenu et de la tolérance à la chimiothérapie. Dans certains cas, avec l'avis de la patiente, le traitement pourra être poursuivi jusqu'à 9 ou même 12 cures.

Les cures sont répétées toutes les 3 à 4 semaines en fonction de la tolérance.

Comment se passe une cure de chimiothérapie pour cancer de l'ovaire ?

Les médicaments utilisés pour le cancer de l'ovaire sont administrés par perfusion. Pour éviter la détérioration des veines du bras, le cancérologue propose le plus souvent la mise en place d'un boîtier d'accès veineux relié à un cathéter (Site ou dispositif veineux implantable) qui est plus pratique pour la patiente et facilite le travail des infirmiers.

Le plus souvent, l'administration se fait en ambulatoire dans le cadre d'un hôpital de jour. La durée de la perfusion des médicaments est de quelques heures. Une hospitalisation de quelques jours est parfois proposée pour la première cure ou en cas d'utilisation de certains médicaments (cisplatine).

Avant chaque séance, le cancérologue interroge la patiente sur la façon dont s'est passé la cure précédente, sur son état de santé (fatigue, fièvre, douleur), les autres traitements qu'elle aurait pu recevoir, vérifie les résultats des examens sanguins. Les doses de médicament, la durée de perfusion, le délai entre deux cures sont adaptés à ces données, même s'il faut rester le plus près possible du protocole prévu.

Comment sait-on si la chimiothérapie est efficace ?

L'effet de la chimiothérapie est évalué avant chaque cure sur les signes cliniques : amélioration de l'état général, régression de l'ascite ou d'une tumeur palpable.

Le dosage de marqueurs tumoraux (CA 125), s'il n'a que peu d'intérêt pour le diagnostic, est un bon témoin de l'effet du traitement. Le dosage sera, en général répété à chaque cure.

Un bilan radiologique (scanner) de contrôle est également réalisé, souvent après la 3ème cure et en fin de traitement à la 6ème cure.

Quels sont les effets secondaires de la chimiothérapie ?

Les médicaments anticancéreux agissent sur toutes les cellules qui se multiplient rapidement y compris les cellules saines (celles de la racine des cheveux, de la moelle osseuse, du tube digestif, du système nerveux). Les effets secondaires de la chimiothérapie sont expliqués par cette toxicité :

[/font][/color][/size]

  • fatigue ;
  • nausées, vomissements ; mucite ou aphtes dans la bouche ;
  • diarrhée ou constipation ;
  • perte des cheveux (alopécie) et des poils (sauf les cils) ;
  • baisse des globules blancs (neutropénie), des globules rouges (anémie) et des plaquettes (thrombopénie) : on parle alors d’aplasie ce qui augmente le risque d'infection d'origine diverse ;
  • douleurs musculaires (taxanes) ou troubles neurologiques, douleurs, troubles de la sensibilité (cisplatine) ;
  • altération de la fonction rénale ;
  • réactions d’allergie ou hypersensibilité à certains produits (paclitaxel, platine)

[size][color][font]

Certains de ces effets secondaires sont fréquents, mais le plus souvent modérés, et n'obligent pas à l'arrêt du traitement. Ils sont variables d'une patiente à l'autre mais aussi d'une cure à l'autre. Beaucoup de ces inconvénients peuvent être prévenus ou corrigés par des traitements spécifiques (nausées, baisse des globules, neuropathie). Il est souvent préférable d'adapter les doses que de trop augmenter l'intervalle entre deux cures.

En cas de rechute de la maladie, utilise-t-on les mêmes protocoles ?

La survenue d'une rechute ou d'une reprise évolutive de la maladie signifie qu'il persistait, quelque part, des cellules qui n'ont pas été détruites par le traitement (chirurgie et chimiothérapie) et qui se sont remises à pousser.

Lorsque cette rechute survient tôt (moins de 6 mois de la fin du premier traitement), Les cellules sont probablement peu sensibles aux médicaments déjà utilisés. On reprendra alors une chimiothérapie en utilisant d'autres produits.

Lorsque la rechute survient tard (un an ou plus), les cellules sont souvent encore sensibles aux médicaments utilisés au début et on reprendra souvent le même traitement. Dans certains cas, si la récidive est tardive et apparaît localisée (scanner, PET-scanner), une nouvelle intervention chirurgicale ou, parfois, une radiothérapie localisée pourra se discuter afin d'enlever le maximum de tumeur.

Qu'est ce que la chimiothérapie intrapéritonéale ?

Pour obtenir une plus forte concentration médicamenteuse directement au contact des cellules tumorales greffées sur le péritoine, on peut mettre certains produits de chimiothérapie directement dans la cavité péritonéale à l'aide d'un cathéter spécial à travers la paroi abdominale. Les médicaments seront progressivement résorbés et auront également un effet général.

Actuellement, ce traitement est surtout proposé, par certaines équipes, dans le cadre d'essais thérapeutiques.

 

 Malgré les progrès réalisés, le cancer de l’ovaire reste une maladie grave en raison de sa dissémination abdominale fréquente et précoce. Pour limiter le risque de rechute, son traitement associe une chirurgie méthodique et parfois lourde et une chimiothérapie réalisée avec rigueur. Par ailleurs, pour permettre des avancées thérapeutiques, de nombreuses études cliniques sont entreprises. Le traitement du cancer de l'ovaire est plus efficace lorsqu'il est pris en charge par une équipe médicale, chirurgicale, biologique et de recherche homogène et ayant une plus grande expérience de la maladie. Ce traitement, qui fait appel à plusieurs spécialistes, doit, à chaque étape, être discuté en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP).
 

 [/font][/color][/size]
Créé par :  Comité Éditorial du Site Information Patient
Date de publication :   12/03/10
 
 

lien :"http://www.docvadis.fr/oncologie-baclesse/page/maladie_traitements/cancer_de_l_ovaire_p_ritoine/cancer_de_l_ovaire_je_comprends_la_place_de_la_chimiotherapie_dans_le_traitement.html

_________________
;Il n'y a personne qui soit née sous une mauvaise étoile,il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel; .Sa Sainteté le Dalaï Lama
avatar
Admin.Jen
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum