ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN LOI. 1901
BIENVENUE PARMI NOUS
Derniers sujets
» NOUVELLE ASSOCIATION CONTRE CANCER
Aujourd'hui à 10:40 par Admin.Jen

» CANCER DU SEIN METASTATIQUE
Aujourd'hui à 10:37 par Admin.Jen

» LE CURCUMABOX!!!
Aujourd'hui à 10:13 par Admin.Jen

» TRICOTHON 2017
Lun 13 Nov 2017 - 10:22 par Admin.Jen

» ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTEE
Ven 10 Nov 2017 - 19:44 par Admin.Jen

» RISQUE DE RECIDIVE CANCER HORMONODEPENDANT
Ven 10 Nov 2017 - 19:07 par Admin.Jen

» ARRETONS DE CULPABILISER LES FEMMES ATTEINTES DE ANCER DU SEIN
Ven 10 Nov 2017 - 19:05 par Admin.Jen

» RECHERCHONS DES TRICOTEUSES BENEVOLES
Ven 10 Nov 2017 - 18:59 par Admin.Jen

» ANTIBES CE JOUR
Ven 10 Nov 2017 - 18:57 par Admin.Jen

Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Marque-page social

Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

{FORUMAGE}

Conservez et partagez l'adresse de ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN LOI. 1901 sur votre site de social bookmarking

LE GINSENG DIMIN FATIGUE PDT TTT CANCER

Ven 6 Juil 2012 - 10:01 par Admin.Jen

"http://www.lanutrition.fr/les..."

"Le ginseng en médecine traditionnelle chinoise,est vu comme une plante énergisante et revitalisante"
Or des chercheurs ont montre que".... Voir lien ci dessus .
MERCI. "Guérir .Org". http://www.guerir.org. Smile Smile Razz Razz

Commentaires: 3

www.seinsermentsolidaire.com

ENCORE DES SUBSTANCES DANGEREUSES .... Et CANCER DU SEIN

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

annonce ENCORE DES SUBSTANCES DANGEREUSES .... Et CANCER DU SEIN

Message par Admin.Jen le Mar 13 Mai 2014 - 8:25

lol! 
Cancer du sein : 17 substances chimiques dangereuses identifiées.
Par Agence
La revue Environmental Health Perspectives a établi une liste de substances chimiques les plus cancérigènes. Une piste prometteuse pour la prévention des tumeurs malignes mammaires.




La piste est jugée prometteuse. Des scientifiques américains ont identifié les substances chimiques les plus cancérigènes présentes dans l'environnement quotidien que les femmes devraient éviter pour réduire les risques de cancer du sein. Cette recherche, publiée lundi dans la revue Environmental Health Perspectives, confirme également que les produits chimiques qui provoquent des tumeurs cancéreuses des glandes mammaires chez les rats, sont également liés au cancer du sein chez les humains.

L'étude établit une liste de 17 substances cancérigènes hautement prioritaires parce qu'elles provoquent des tumeurs mammaires chez les animaux et que de nombreuses femmes y sont exposées. Il s'agit de produits chimiques présents dans l'essence, le gasoil et autres substances d'échappement des véhicules, ainsi que des ignifuges, des textiles anti-taches, des dissolvants, des décapants à peinture et des dérivés de désinfectants utilisés dans le traitement de l'eau potable.

« Cette recherche offre une feuille de route pour la prévention du cancer du sein en identifiant des produits chimiques hautement prioritaires auxquels les femmes sont le plus communément exposées et montre également comment mesurer cette exposition », explique le Dr Ruthann Rudel, directeur de la recherche au Silent Spring Institute à Newton (Massachusetts, nord-est), co-auteur de ces travaux. « Ces informations guideront les efforts pour réduire le contact avec ces substances liées au cancer du sein et aideront les chercheurs à étudier comment les femmes sont affectées », ajoute-t-il.

Les précautions à prendre

Pour limiter l'exposition à ces produits chimiques cancérigènes, les chercheurs auteurs de l'étude préconisent les femmes à prendre certaines précautions. 
- Limiter autant que possible l'exposition aux émanations d'essence ou de gasoil et aux gaz d'échappement des véhicules.
- Utiliser une hotte de cuisine en cuisinant et réduire la consommation d'aliments carbonisés (barbecue).
- Ne pas acheter de meubles (sofa, fauteuils...) contenant de la mousse de polyuréthane et s'assurer qu'ils n'aient pas été traités avec des ignifuges.
- Eviter les tapis et autres tissus d'ameublement résistants aux taches.
- Trouver un teinturier qui n'utilise pas de perchloroéthylène ou d'autres solvants.
- Se procurer un bon filtre à charbon pour filtrer l'eau avant de la consommer.
- Réduire l'exposition aux substances chimiques contenues dans la poussière de l'habitation en retirant ses chaussures à l'entrée de la maison, et en utilisant un aspirateur doté d'un filtre HEPA à particules. 


Les recherches effectuées jusqu'alors sur le cancer du sein ne prenaient pas en compte l'exposition des femmes à un grand nombre de cancérigènes chimiques, en raison surtout du manque d'information quant aux substances sur lesquelles se concentrer et pour les tester.

Ces chercheurs soulignent que des groupes consultatifs d'experts de la Maison Blanche, l'Institut américain de médecine et le Comité de coordination pour la recherche environnementale et le cancer du sein, ont tous souligné que les substances chimiques présentes dans l'environnement de tous les jours étaient une piste prometteuse pour la prévention des tumeurs malignes mammaires.

« Toutes les femmes aux Etats-Unis sont exposées à des substances chimiques qui pourraient accroître leur risque de cancer du sein mais malheureusement ce lien est très largement ignoré », commente Julia Brody, directrice générale du Silent Spring Institute, co-auteur de l'étude. « Réduire l'exposition aux produits chimiques toxiques pourrait sauver la vie de nombreuses femmes », estime-t-elle, ajoutant : « quand on parle aux gens de cancer du sein, le risque présenté par les substances chimiques ne leur vient pas à l'esprit le plus souvent ». Enfin regrette cette chercheuse, « les fonds consacrés à la recherche sur le lien entre cancer du sein et produits chimiques dans l'environnement, ne représentent qu'une infime partie du total ».

« Il est impératif que les industries et le gouvernement agissent pour réduire l'exposition aux substances les plus dangereuses », insiste Kristi Marsh, auteur d'un ouvrage sur le sujet, intitulé « Little Changes ». Un cancer du sein lui a été diagnostiqué quand elle avait 35 ans et Kristi Marsh, qui n'avait pas d'antécédent familial, l'attribue à une exposition à des cancérigènes chimiques.

Pour Dale Sandler, principal épidémiologiste de l'Institut national américain des sciences de la santé environnementale (NIEHS), « cette recherche examine de façon étendue et approfondie les données toxicologiques et les biomarqueurs concernant le cancer du sein ». Elle donne ainsi une « importante source d'informations » pour étudier les liens environnement-cancer, dit-il.

Les Instituts nationaux de la santé (NIH) vont incorporer les recommandations de l'étude alors qu'ils se préparent à tester des prélèvements mammaires provenant de quelque 50.000 femmes, dans le cadre d'une recherche sur des soeurs pour déterminer les causes du cancer du sein.

La cancer du sein est la deuxième cause de mortalité par cancer chez les femmes aux Etats-Unis avec 40.000 décès estimés en 2014 et 232.670 nouveaux cas diagnostiqués, selon l'Institut National du Cancer qui chiffre à 2,89 millions au total le nombre de femmes actuellement touchées par ce cancer. bounce

_________________
;Il n'y a personne qui soit née sous une mauvaise étoile,il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel; .Sa Sainteté le Dalaï Lama
avatar
Admin.Jen
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum