ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN LOI. 1901
BIENVENUE PARMI NOUS
Derniers sujets
» LES CHAMPS QUI NE CESSERONT DE FLEURIR
Ven 21 Avr 2017 - 12:23 par doc.bob.leponge

» SPORT SUR ORDONNANCE
Jeu 20 Avr 2017 - 11:56 par Admin.Jen

» Bonjour et merci
Sam 18 Fév 2017 - 4:58 par Admin.Jen

» MERCI A NICE MATIN
Ven 10 Fév 2017 - 9:47 par Admin.Jen

» LONGE COTE MEDITERRANNEE ET SPORT SANTE
Lun 30 Jan 2017 - 11:33 par Admin.Jen

» ADIEU TRICOTHON 2016....BIENVENU A TRICOTHON 2017
Jeu 15 Déc 2016 - 12:30 par Admin.Jen

» TRICOTHON CONTRE LE CANCER 2017
Mar 15 Nov 2016 - 9:39 par Admin.Jen

» TRICOTHON CONTRE LE CANCER 2016
Jeu 13 Oct 2016 - 16:37 par Admin.Jen

» Cancer du sein : les bienfaits de l’acupression pour réduire la fatigue
Mer 21 Sep 2016 - 11:53 par Admin.Jen

Avril 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Marque-page social

Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

{FORUMAGE}

Conservez et partagez l'adresse de ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN LOI. 1901 sur votre site de social bookmarking

LE GINSENG DIMIN FATIGUE PDT TTT CANCER

Ven 6 Juil 2012 - 10:01 par Admin.Jen

"http://www.lanutrition.fr/les..."

"Le ginseng en médecine traditionnelle chinoise,est vu comme une plante énergisante et revitalisante"
Or des chercheurs ont montre que".... Voir lien ci dessus .
MERCI. "Guérir .Org". http://www.guerir.org. Smile Smile Razz Razz

Commentaires: 3

www.seinsermentsolidaire.com

ET POURQUOI PAS ??

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

annonce ET POURQUOI PAS ??

Message par Admin.Jen le Lun 19 Mai 2014 - 11:58

"
Cancer guéri grâce à un virus : "On a le droit d'espérer !"


Par Le Nouvel Observateur







Une dose massive du virus de la rougeole a guéri une malade du cancer. Une "victoire" se réjouit Franck Dufour, de la fondation ARC pour la recherche sur le cancer. Interview.

Aux Etats-Unis, une patiente a guéri d'un cancer métastasé de la moelle osseuse,



C'est une première dans l'histoire de la médecine : une femme de 49 ans souffrant d'un cancer de la moelle osseuse a bénéficié d'une rémission durable après l'injection d'une dose massive de virus génétiquement modifié de la rougeole. Un virus capable de cibler les cellules cancéreuses et de les anéantir. La malade n'a aucune trace de cancer depuis plus de six mois. Une autre patiente a réagi positivement, mais n'a pas été complètement guérie.
"Il s'agit de la première étude clinique à montrer la faisabilité d'une virothérapie contre des cancers ayant fait des métastases", souligne le docteur Stephen Russell, hématologue américain ayant participé à cette recherche. Pour Franck Dufour, directeur scientifique de la fondation ARC pour la recherche sur le cancer, cette guérison est une "vraie source d'espoir pour les malades" et leur famille. Interview. 
Cette rémission peut-elle être considérée comme une révolution pour la recherche contre le cancer ou est-ce encore trop tôt ?
- C'est un grand pas, une victoire pour la recherche à l'échelle internationale. On travaille sur cette thérapie depuis plusieurs années, et c'est la première fois qu'on observe une rémission complète d'une malade atteinte d'un cancer métastasé [généralisé]. Une vraie source d'espoir pour les malades.
Mais il faut le tester davantage, avec une étude plus large, des essais cliniques sur plus de patients. Ces essais permettront par exemple de déterminer pourquoi le virus a entraîné une réduction totale des cellules cancéreuses chez une patiente, et partielle chez l'autre. Savoir pourquoi la thérapie a fonctionné dans un cas et moins dans l'autre, c'est tout l'objet de la recherche.
Est-ce que tous les cancers pourront un jour être soignés ainsi, même les plus graves ?
- Le principe de la virothérapie, c'est que chaque virus cible un certain type de population cellulaire : on choisit le virus adapté aux cellules cancéreuses. A chaque cancer "correspond" en quelque sorte un virus capable de le guérir. Je sais qu'en ce moment, des travaux sont menés le cancer de la prostate. On peut donc imaginer guérir plusieurs sortes de cancers. Y compris ceux avec des métastases : le vrai grand progrès de ce nouvel outil thérapeutique, c'est justement que les patientes étaient atteintes d'un cancer métastasé, les plus compliqués à traiter. On a donc le droit d'espérer !
Peut-on envisager une généralisation de ce type de thérapies, et si oui, dans combien de temps ?
- Très difficile de répondre pour l'instant. Si je me réfère à la littérature scientifique sur le sujet, on peut imaginer que les premières transformations thérapeutiques aient lieu dans quatre ou cinq ans. Des équipes travaillent actuellement sur ce type d'approche, aussi bien aux Etats-Unis qu'en France, où la recherche est aussi très dynamique.
L'un des enjeux pourrait être d'imaginer une nouvelle technique pour diminuer les coûts. Les essais actuels se chiffrent en effet en milliers, voire en millions de dollars, car la thérapie telle qu'elle est pratiquée suppose de fabriquer une très grande quantité de virus [la dose injectée à chaque patiente aurait pu être utilisée pour vacciner 10 millions de personnes, NDLR]. C'est un grand pas, mais il y a encore des petites retouches à faire pour vraiment pouvoir la généraliser.
Propos recueillis par Juliette Deborde – Le Nouvel Observateur



Dernière édition par Admin.Jen le Lun 19 Mai 2014 - 12:54, édité 1 fois

_________________
;Il n'y a personne qui soit née sous une mauvaise étoile,il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel; .Sa Sainteté le Dalaï Lama
avatar
Admin.Jen
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

annonce ET AUSSI....

Message par Admin.Jen le Lun 19 Mai 2014 - 12:53

IMPORTANT!!
"
Cancer du sein : contre les idées reçues, les vrais facteurs de risque Par Le Nouvel Observateur

Publié le 19-05-2014 

Dans une étude, la Haute autorité de santé liste les éléments devant être prioritairement surveillés. En tête : l'âge.

Mammographie pour le dépistage précoce du cancer du sein (photo d'illustration). (SIPA/ Serge Pouzet)

Quels sont les principaux facteurs de risque pour le cancer du sein ? Quel(s) profil(s), plus susceptibles que d'autres de le développer, doivent être particulièrement surveillés ? Dans une étude publiée lundi 19 mai par "Le Figaro", la Haute autorité de santé (HAS) - qui présente ce lundi ses recommandations - liste les éléments devant être spécifiquement surveillés.
Au final, sur 69 facteurs de risque, nous en avons retenu 7 qui méritent un dépistage spécifique" a notamment expliqué au quotidien le professeur Jean-Luc Harousseau, président de la HAS. 
Le facteur de risque principal reste l'âge : la plupart des cancers du sein sont diagnostiqués après la ménopause, les trois-quarts d'entre eux après 50 ans. L'étude cite aussi les antécédents familiaux ou médicaux comme n'étant "pas modifiables." "Si c'est une grand-mère maternelle qui a eu un cancer du sein à 60 ans, il n'y a pas d'indications particulières", rassure toutefois le professeur Olivier Scemama.
Risque évalué en fonction de l'arbre généalogique et de l'âge
"Le Figaro" rapporte que la survenue de plusieurs cancers du sein dans la même branche familiale, chez des femmes jeunes, et "la présence concomitante d'un cancer de l'ovaire et un cancer du sein chez l'homme sont autant d'éléments pouvant orienter vers une consultation en oncogénétique." Le risque sera alors évalué en fonction "de l'arbre généalogique et de l'âge de la femme". Un suivi lui sera éventuellement proposé.
L'étude présente également comme facteurs à risque retenus les "proliférations anormales de cellules du sein, mais ne présentant pas de véritable caractère cancéreux, comme l'hyperplasie canalaire atypique, l'hyperplasie lobulaire atypique ou le carcinome lobulaire in situ". Un des buts de l'étude, selon le président de la HAS le professeur Jean-Luc Harousseau, consiste aussi à "lever les idées reçues sur des situations dites à risque, parfois largement relayées par les médias, qui peuvent inquiéter inutilement les femmes". 
L'étude de la HAS liste par ailleurs des facteurs de risque ne nécessitant pas de dépistage particulier.
• "Ne sont pas associés à la survenue du cancer du sein" :
- consommation de café, thé, tomate, pamplemousse, tabac, prothèses en silicone.
• Facteurs pour lesquels "il n'existe pas de preuve robuste du lien avec la survenue du cancer du sein" :
- taille des seins, densité mammaire élevée après la ménopause, port de soutien-gorge, utilisation de déodorant, travail de nuit.
• "Facteurs associés à une augmentation modeste ou modérée du risque de survenue du cancer du sein" :
- lésions mammaires prolifératives non atypiques et lésions non prolifératives, consommation d'alcool, de viandes grasses, le fait de ne pas avoir mené de grossesse à terme, une grossesse tardive, un traitement hormonal substitutif, la prise de contraception hormonale, le diabète de type 2, l'obésité. 
 bounce

_________________
;Il n'y a personne qui soit née sous une mauvaise étoile,il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel; .Sa Sainteté le Dalaï Lama
avatar
Admin.Jen
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

annonce Nouveau!!!

Message par Admin.Jen le Jeu 31 Juil 2014 - 12:56

L’électroacupuncture améliore la qualité de vie dans le traitement du cancer du sein
 30/07/2014
      
 






Enlarge
Crédit photo : BSIP
L’électroacupuncture réduit de manière significative l’anxiété, l’impression de fatigue et le risque de dépression chez les patientes traitées pour un cancer du sein. Ces effets ont été observés au bout de huit semaines de traitement chez des femmes qui ressentaient des douleurs articulaires liées à la prised’inhibiteurs de l’aromatase.
L’électroacupuncture est une variante de l’acupuncture dans la laquelle un faible courant électrique passe entre deux aiguilles plantées de façon rapprochée.
Des résultats préliminaires encourageants
L’étude publiée dans la revue « Cancer » est le fruit d’un essairandomisé mené par les chercheurs de l’école Perelman de médecine (Pennsylvannie, États-Unis). Quelques mois plus tôt, des résultats préliminaires semblaient indiquer une amélioration de 50 % des scores de douleurs mais cette amélioration ne figure pas dans la publication parue aujourd’hui.
Le Dr Jun Mao et ses collègues précisent que la fatigue, l’anxiété et les troubles du sommeil et dépressifs qui accompagnent les traitements par les inhibiteurs de l’aromatase sont régulièrement à l’origine de problèmes d’observance des patients.
Huit semaines de traitement
Pendant huit semaines, ils ont réparti 67 patientes entre un groupe bénéficiant de séances d’électroacupuncture et un autre pour qui l’acupuncture était simulée : les aiguilles n’étaient pas vraiment enfoncées dans la peau, et aucun courant électrique ne circulait entre elles. Un dernier groupe contrôle bénéficiait du suivi habituel sans aucune séance. L’observation a continué pendant les quatre semaines qui ont suivi la fin du traitement.
Au bout de 12 semaines, les auteurs ont noté chez les patientes sousélectroacupuncture une amélioration de deux points de leur score de fatigue, sur une échelle de 10 points, par rapport aux patientes bénéficiant de la prise en charge classique. En ce qui concerne l’anxiété et la dépression, l’amélioration moyenne était de 2,2 points sur l’échelleHAD (Hospital Anxiety and Depression scale) qui comporte 21 barreaux alors qu’il n’y avait pas de différence significative entre les patients suivant le traitement classique et ceux du groupe placebo.
L’efficacité dans la fée electricité ?
C’est la première fois qu’une étude montre de façon claire un bénéfice lié à l’électroacupuncture. En février dernier, une autre étude également parue dans la revue « Cancer », ne trouvait pas de différence significative entre un groupe traité par inhibiteurs de l’aromatase pour un cancer du sein qui suivaient des séances d’acupuncture classique (sans courant électrique), et un autre qui suivait des séances d’acupuncture simulées. Les auteurs s’étaient alors appuyés sur un questionnaire de qualité de vie rempli par les patients.
Damien Coulomb
Retour haut de page

_________________
;Il n'y a personne qui soit née sous une mauvaise étoile,il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel; .Sa Sainteté le Dalaï Lama
avatar
Admin.Jen
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

annonce Re: ET POURQUOI PAS ??

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum