ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN LOI. 1901
BIENVENUE PARMI NOUS
Derniers sujets
» LES CHAMPS QUI NE CESSERONT DE FLEURIR
Ven 21 Avr 2017 - 12:23 par doc.bob.leponge

» SPORT SUR ORDONNANCE
Jeu 20 Avr 2017 - 11:56 par Admin.Jen

» Bonjour et merci
Sam 18 Fév 2017 - 4:58 par Admin.Jen

» MERCI A NICE MATIN
Ven 10 Fév 2017 - 9:47 par Admin.Jen

» LONGE COTE MEDITERRANNEE ET SPORT SANTE
Lun 30 Jan 2017 - 11:33 par Admin.Jen

» ADIEU TRICOTHON 2016....BIENVENU A TRICOTHON 2017
Jeu 15 Déc 2016 - 12:30 par Admin.Jen

» TRICOTHON CONTRE LE CANCER 2017
Mar 15 Nov 2016 - 9:39 par Admin.Jen

» TRICOTHON CONTRE LE CANCER 2016
Jeu 13 Oct 2016 - 16:37 par Admin.Jen

» Cancer du sein : les bienfaits de l’acupression pour réduire la fatigue
Mer 21 Sep 2016 - 11:53 par Admin.Jen

Mai 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier

Marque-page social

Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

{FORUMAGE}

Conservez et partagez l'adresse de ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN LOI. 1901 sur votre site de social bookmarking

LE GINSENG DIMIN FATIGUE PDT TTT CANCER

Ven 6 Juil 2012 - 10:01 par Admin.Jen

"http://www.lanutrition.fr/les..."

"Le ginseng en médecine traditionnelle chinoise,est vu comme une plante énergisante et revitalisante"
Or des chercheurs ont montre que".... Voir lien ci dessus .
MERCI. "Guérir .Org". http://www.guerir.org. Smile Smile Razz Razz

Commentaires: 3

www.seinsermentsolidaire.com

RELATION SOIGNANT-SOIGNE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

annonce HDJ CURIE ET PATIENTES ATT DE CANCER DU SEIN

Message par Admin.Jen le Mer 4 Juin 2014 - 14:39

"
CANCER DU SEIN ET HÔPITAL DE JOUR : DES PATIENTES SE RACONTENT
Une enquête nationale permet désormais de mieux connaître le ressenti et la satisfaction des patientes traitées par chimiothérapie pour un cancer du sein en hôpital de jour et des infirmiers de ce service. 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
3812 patientes et 630 infirmiers interrogés, dans 105 établissement répartis sur tout le territoire français, dont l’Institut Curie : cette large enquête visait à améliorer les connaissances sur le vécu et le ressenti des patientes traitées par chimiothérapie en hôpital de jour et des infirmiers qui les prennent en charge. Commandée par le laboratoire Roche, l’étude TemporELLES a été pilotée par un conseil scientifique multidisciplinaire constitué de professionnels, dont le Dr Florence Lerebours, de l’hôpital René-Huguenin à l’Institut Curie, et de représentants d’associations de patients.
Côté patientes…
Pour les patientes, les enquêteurs ont évalué la perception du temps passé en hôpital de jour et de la qualité des relations qu’elles entretiennent avec les autres patientes et avec l’équipe soignante.
Elles passent en moyenne 3h/jr à l’hôpital de jour 
- 30 % trouvent ce temps contraignant
- 83 % sont satisfaites du temps consacré à leur écoute par l’équipe infirmière
- 88 % échangent entre elles
Au-delà des chiffres, les enquêteurs se sont intéressées aux raisons pour lesquelles un tiers des patientes trouvent l’attente contraignante. La plupart d’entre elles ont moins de 50 ans, des enfants de moins de 15 ans et/ou une activité professionnelle. En réalité, c’est surtout le temps d’attente pendant la préparation du traitement qui leur semble long. 
Les sujets de discussion avec les infirmiers  varient peu de ceux entretenus avec les oncologues : les patientes parlent autant des effets indésirables avec les uns qu’avec les autres ; elles leur demandent également des explications sur la maladie et/ou le traitement. En revanche, les informations d’ordre social et pratique (répercussions de la maladie sur la vie, renseignements sur les aides, conseils d’esthétique et de bien-être) sont plus souvent fournies par les infirmiers.
Enfin parallèlement à ces échanges, 88 % des patientes discutent avec d’autres patientes lorsqu’elles sont à l’hôpital de jour. Tandis que la majorité d’entre elles estiment que ces discussions sont utiles (57 %) ou réconfortantes (54 %), 14 % les trouvent démoralisantes. "On ressent le besoin de protéger ses proches. Aussi, échanger avec les personnes que l’on côtoie à l’hôpital, l’infirmier mais aussi d’autres patientes, est très important"explique Laëticia P., patiente.
… et côté infirmiers
Le volet infirmiers a permis d’évaluer la satisfaction vis-à-vis de leur métier en hôpital de jour et de leur rôle auprès des patientes.
- 9 professionnels sur 10 sont satisfaits de leur métier en hôpital de jour
- 72 % apprécient le plus le suivi des patientes dans la durée
- 70 % estiment ne pas avoir assez de temps à leur consacrer
- 96 % sont un intermédiaire entre les patientes et l’oncologue et 84 % ont le sentiment que les informations remontées à l’oncologue sont prises en compte.
Les infirmiers sont très majoritairement satisfaits de leur métier en hôpital de jour. Les aspects les plus satisfaisants concernent le suivi des patientes dans la durée et la possibilité de créer de vraies relations avec elles. Près d’1 soignant sur 2 aimerait consacrer plus de temps à l’écoute et au soutien des patientes.
A noter que 80 % d’entre eux  ont l’impression de subir une pression dans les tâches qu’ils effectuent au quotidien.
Enfin, les infirmiers jouent un rôle de relais entre la patiente et son oncologue. Ils/elles partagent ainsi des propos et des questions que la patiente n’a pas eu le temps ou n’a pas osé aborder directement avec son oncologue. Dans ce cas-là, 84% des infirmiers estiment que les informations qu’ils/elles remontent sont prises en compte par l’oncologue.
Les résultats de l’enquête contribuent à faire émerger des pistes d’amélioration de la prise en charge globale des patientes.  Ainsi, il conviendrait d’optimiser l’organisation pour réduire le temps d’attente, et/ou d’utiliser ce temps pour en faire une plus-value d’information et d’accompagnement par exemple.
 
Texte : Nathalie Boissière
Crédit photo : Christophe Hargoues / Institut Curie...
Bravo à eux et merci cheers 

_________________
;Il n'y a personne qui soit née sous une mauvaise étoile,il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel; .Sa Sainteté le Dalaï Lama
avatar
Admin.Jen
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

annonce RELATION SOIGNANT-SOIGNE

Message par Admin.Jen le Mer 28 Mai 2014 - 20:30

Hôpital de jour et cancer du sein : une affaire de vécu...

28.05.14 par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Mise à jour le 28.05.14

Voilà bien un sujet rarement abordé : le vécu croisé des patientes atteintes d'un cancer du sein et prises en charge en hôpital de jour pour l'administration d'une chimiothérapie avec celui des soignant(e)s qui les accompagnent. L'enquête Temporelles pose donc les questions suivantes : qu’attendent les patientes de leur relation avec l’infirmier(e) ? Sont-elles satisfaites du temps qu'elle leur consacre ? Echangent-elles avec les autres patientes ? Quelle est la perception de l’infirmier(e) dans l’accompagnement des patientes ? Quelle est la qualité de leur relation avec l’oncologue ? Revue de détails des éléments mis en évidence.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Une enquête inédite sur le vécu des patientes et des infirmières en hôpital de jour

L'enquête Temporelles, inédite, menée à l'initiative du laboratoire Roche par Kantar Health1 est de ce point de vue instructive par les angles d'approche choisis :

  • un volet « patientes » qui vise à comprendre leur perception vis-à-vis du temps passé en hôpital de jour lors de l'administration de leur chimiothérapie et de la qualité des relations qu’elles y entretiennent, à la fois avec les autres patientes et avec le personnel de soins ;
  • un volet « infirmier(e)s » qui analyse leur rôle en hôpital de jour, notamment vis-à-vis de ces patientes.

Soulignons que cette enquête répond particulièrement à l’objectif 9 du [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] qui vise à diminuer l’impact du cancer sur la vie personnelle et prévoit notamment la réalisation d’études afin de mieux connaître le vécu des patients pendant et après un cancer.
Ce que disent les patientes...
L'âge moyen et médian des patientes atteintes d'un cancer du sein interrogées est de 57 ans. 20 % d'entre elles ont des enfants de 15 ans ou moins et 13% ont une activité professionnelle. Rappelons qu'une patiente passe en moyenne 3 heures à l'hôpital de jour (HDJ) lors de chaque administration de traitement, dont 50 minutes d'attente. En effet, les préparations médicamenteuses sont rarement anticipées du fait que la patiente doit être vue - avec son bilan - par le médecin oncologue qui va ensuite valider sa prescription. Cette dernière doit être alors préparée et souvent transportée dans le service ; des étapes forcément chronophages. Pour le Pr Xavier Pivot, oncologue au CHU de Besançon, nous devons réfléchir à la manière de réduire ce temps d'attente qui pèse, on le sait bien, aux patientes que nous prenons en charge. D'ailleurs, plus les patientes sont jeunes, avec une activité professionnelle et avec des enfants à charge, plus le temps passé à l'hôpital de jour représente une contrainte. Les répondantes en attestent : 43% d’entre elles souhaiteraient que ce temps d'attente soit réduit...  Et plus globalement, elles sont 30 % à trouver ce temps passé à l'hôpital de jour contraignant. Cependant, et c'est un peu le paradoxe, les échanges entre patientes lors de ces trois heures de présence sont jugés comme très importants : pour 88 % des femmes interrogées ils sont utiles et réconfortants. L'hôpital de jour est une unité de vie dont on a besoin, a souligné Laëticia Perpere, une patiente suivie au CHU de Besançon. On y parle souvent à coeur ouvert de nos maux, de nos problèmes, car chacune d'entre nous vit à peu près la même chose. On se comprend, ça rassure et c'est donc précieux.
On ressent le besoin de protéger ses proches. Aussi, échanger avec les personnes que l’on côtoie à l’hôpital, l’infirmier(e) mais aussi d’autres patientes est très important. Laëticia Perpere, patiente suivie au CHU de Besançon
A propos du temps consacré par l'infirmier(e) de l'HDJ pour apporter à la patiente les informations nécessaires à la bonne compréhension du traitement ainsi que soutien et écoute, 88% des patientes le jugesatisfaisant. Quant aux opinions sur le temps passé avec l'oncologue - en moyenne 14 minutes - et la qualité des échanges qui en découlent (effets indésirables, explications sur la maladie et/ou le traitement), elles sont plus mesurées, moins de 45% des patientes les jugent "tout à fait suffisants". Le Pr Xavier Pivot le souligne : C'est là que l'on juge de l'importance de la continuité entre temps médical et temps soignant. Ce manque de temps ou de disponibilité de notre part - l'oncologue, on le sait bien, n'est pas toujours la meilleure personne ressource pour les patientes... - sera souvent compensé par les infirmier(e)s qui dispensent outre les soins de nombreux conseils en matière de nutrition, d'esthétique, de bien-être. D'où l'intérêt croissant de développer dans les services d'oncologie des consultations infirmières...
L’oncologue - en complémentarité avec l’infirmier(e) - peut contribuer à une meilleure qualité de vie des patientes. » Professeur Xavier Pivot, oncologue au CHU de Besançon
Ce que disent les infirmière(s)...
Tout d'abord, quelques caractéristiques importantes sur le profil infirmier : ils (elles) travaillent majoritairement en HDJ par choix et pour les trois quarts dans un HDJ dédié à l’oncologie. Ils (elles) prennent en charge en moyenne 5 patientes par jour (un chiffre très variable qui va de 2 à Cool, traitées pour un cancer du sein.  Deux tiers de leur temps est généralement consacré à l’administration des soins aux patients. Un premier chiffre rassurant : 9 infirmier(e)s sur 10 sont satisfait(e)s de leur métier en HDJ ; un niveau de satisfaction fortement lié à la pression ressentie : les moins satisfait(e)s étant également ceux qui ont l’impression de subir une pression dans les tâches qu’ils/elles effectuent au quotidien. Le suivi des patientes dans la durée, la possibilité de créer de vraies relations avec elles sont des aspects très positifs pour les infirmier(e)s (72 et 66 %).
Il est malheureusement souvent difficile de trouver autant de temps que nécessaire pour répondre à toutes les interrogations de nos patientes et les préparer au mieux à l’après maladie. Gilles Nallet, coordonnateur du réseau régional de cancérologie de Franche-Comté et de l’Institut Régional Fédératif du Cancer de Franche-Comté.

_________________
;Il n'y a personne qui soit née sous une mauvaise étoile,il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel; .Sa Sainteté le Dalaï Lama
avatar
Admin.Jen
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum