ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN LOI. 1901
BIENVENUE PARMI NOUS
Derniers sujets
» LES CHAMPS QUI NE CESSERONT DE FLEURIR
Ven 21 Avr 2017 - 12:23 par doc.bob.leponge

» SPORT SUR ORDONNANCE
Jeu 20 Avr 2017 - 11:56 par Admin.Jen

» Bonjour et merci
Sam 18 Fév 2017 - 4:58 par Admin.Jen

» MERCI A NICE MATIN
Ven 10 Fév 2017 - 9:47 par Admin.Jen

» LONGE COTE MEDITERRANNEE ET SPORT SANTE
Lun 30 Jan 2017 - 11:33 par Admin.Jen

» ADIEU TRICOTHON 2016....BIENVENU A TRICOTHON 2017
Jeu 15 Déc 2016 - 12:30 par Admin.Jen

» TRICOTHON CONTRE LE CANCER 2017
Mar 15 Nov 2016 - 9:39 par Admin.Jen

» TRICOTHON CONTRE LE CANCER 2016
Jeu 13 Oct 2016 - 16:37 par Admin.Jen

» Cancer du sein : les bienfaits de l’acupression pour réduire la fatigue
Mer 21 Sep 2016 - 11:53 par Admin.Jen

Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier

Marque-page social

Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

{FORUMAGE}

Conservez et partagez l'adresse de ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN LOI. 1901 sur votre site de social bookmarking

LE GINSENG DIMIN FATIGUE PDT TTT CANCER

Ven 6 Juil 2012 - 10:01 par Admin.Jen

"http://www.lanutrition.fr/les..."

"Le ginseng en médecine traditionnelle chinoise,est vu comme une plante énergisante et revitalisante"
Or des chercheurs ont montre que".... Voir lien ci dessus .
MERCI. "Guérir .Org". http://www.guerir.org. Smile Smile Razz Razz

Commentaires: 3

www.seinsermentsolidaire.com

NOUVEAU:LES MARQUEURS TUMORAUX

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

annonce NOUVEAU:LES MARQUEURS TUMORAUX

Message par Admin.Jen le Mar 16 Juin 2015 - 18:42

-Excellent!
:"
[size=36]Lien:"www.pourquoidocteur.fr"[/size]
[size=36]
Marqueurs tumoraux : la lutte contre le cancer à l'aube d'une révolution
[/size]
par Anne-Laure Lebrun
ENQUÊTE - La détection précoce des cancers et leurs rechutes sont des enjeux majeurs de l’oncologie. Mais pour ce faire, les limites de l'imagerie doivent être dépassées. Un défi que semblent pouvoir relever l'ADN tumoral circulant et les cellules tumorales circulantes.
JAUBERT/SIPA


Publié le 13.06.2015 à 08h53




L'ESSENTIEL


Depuis plus de 50 ans, les biomarqueurs tumoraux sanguins permettent de suivre l'évolution de la maladie


Les progrès technique et le séquençage génétique ont permis l'émergence d'une nouvelle génération de marqueurs : les cellules tumorales circulantes et l'ADN tumoral circulant


Depuis 2014, la biopsie liquide fait partie de l'arsenal diagnostique pour le cancer du poumon. Elle permet d'identifier les patients qui répondront à la thérapie ciblé Iressa


L'objectif, à terme, de ces nouveaux biomarqueurs est le dépistage précoce mais des recherches sont encore nécessaires.
Repérer tôt les premières lésions cancéreuses, avant même qu’une tumeur ait pu apparaître, est un enjeu majeur de la lutte contre le cancer. L’intérêt du diagnostic précoce est avant tout de mieux soigner pour augmenter les chances de guérison des malades. Mais ce bénéfice pour les patients n’est possible que si des techniques de dépistage efficaces sont mises en place. En France, de nombreux programmes sont organisés (mammographie pour le cancer du sein, tests immunologiques pour le cancer colorectal…) afin de déceler la présence d’anomalies de petite taille avant l’apparition des symptômes. Mais malgré ces dépistages, toutes les tumeurs, en particulier les plus petites, ne sont pas décelées. C’est pourquoi des chercheurs du monde entier tentent de développer de nouveaux outils capables de déceler une nouvelle génération de marqueurs tumoraux retrouvés dans le sang, les cellules tumorales circulantes et les ADN tumoraux circulants.


Une idée qui ne date pas d’hier


Dépister le cancer grâce à une simple prise de sang semble au premier abord une méthode révolutionnaire. Pourtant, ces tests non-invasifs ne datent pas d’hier et ont une longue histoire. Celle-ci démarre dès les années 1950 avec le dosage de la phosphatase acide prostatique (PAP), une protéine présente en plus grande quantité chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate que chez les sujets sains.
Au cours des années suivantes, et jusqu’à aujourd’hui, de nouveaux marqueurs tumoraux circulants dans le sang ont été découverts. Certains sont spécifiques d’un cancer, alors que d’autres signent la présence de différents types de cancers (cancer du sein, du testicule, de la vessie…). « Actuellement, une dizaine de tests de dosage protéique sont réalisés tous les jours, surtout dans le but de suivre l’évolution de la maladie », explique le Pr Dominique Bellet, responsable du laboratoire d’oncobiologie à l’hôpital René-Huguenin - Institut Curie (Saint-Cloud).
Seuls 4 tests sont utilisés en pratique pour le dépistage de certains cancers (foie, placenta, thyroïde et prostate). Parmi eux, cependant, seul le dosage sanguin de la calcitonine permet une détection précoce. Grâce à ce marqueur, il est possible de détecter un cancer médullaire de la thyroïde 20 ans avant son apparition chez des enfants ayant des antécédents familiaux. « On voit donc que les tests sanguins sont capables de détecter des tumeurs qui sont extrêmement petites », affirme Dominique Bellet, qui précise que ce test fait office d’exception.


Une nouvelle génération de marqueurs


D'autres molécules s’annoncent plus prometteuses que les marqueurs protéiques. «  Il y a eu un grand espoir à un moment donné autour de la protéomique, raconte-t-il. On s’est dit qu’on allait pouvoir étudier toutes les protéines produites dans le corps humain. Mais cette piste s’est révélée très décevante. A contrario, les progrès réalisés en génomique sont stupéfiants. C’est donc là que les choses vont se passer dorénavant. »
De fait, guidées par les progrès techniques et les avancées en génétique, des recherches démarrées dans les années 1970-1980 ont pu reprendre et livrent des résultats très encourageants. C’est notamment le cas des ADN tumoraux circulants. Ces fragments d’ADN se retrouvent dans la circulation sanguine après la mort naturelle des cellules cancéreuses. Ils sont porteurs des mutations génétiques caractéristiques de la tumeur.
Ils apportent une nouvelle dimension à la prise en charge des malades du cancer. Par leur seule présence, il est possible de révéler l’existence d’une tumeur, de suivre l’évolution de la maladie, et même de repérer la récidive. Il est par exemple envisagé de les utiliser pour évaluer l’efficacité d’un traitement : si la quantité d’ADN tumoral dans le sang diminue, alors la thérapie fonctionne.

_________________
;Il n'y a personne qui soit née sous une mauvaise étoile,il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel; .Sa Sainteté le Dalaï Lama
avatar
Admin.Jen
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

annonce MARQUEURS

Message par bernadou1 le Mar 16 Juin 2015 - 21:20

Je reve de cette epoque ou l on pourra deceler bien a l avance une prédisposition a un cancer
mais aussi un test genomique des tumeurs et metastases pour connaitre les chimios qui seront les plus efficaces
Cela se fait en suisse en allemagne et surement ailleurs -Une francaise s etant installee en Allemagne a pu beneficier de ce test alors qu elle avait des métas
-Elle a donc eu une liste des chimios 1-inefficaces 2-moyennement efficaces 3- tres efficaces 
  la derniere chimio que son centre francais lui proposait avant de partir ( parce qu elle avait rechuté)etait classee inefficace sur cette liste 
Cela dit c est un test payant assez cher mais la sante n a pas de prix!
-
.
avatar
bernadou1
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum