ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN LOI. 1901
BIENVENUE PARMI NOUS
Derniers sujets
» SPORT SUR ORDONNANCE
Ven 24 Mar 2017 - 10:28 par Admin.Jen

» Bonjour et merci
Sam 18 Fév 2017 - 4:58 par Admin.Jen

» MERCI A NICE MATIN
Ven 10 Fév 2017 - 9:47 par Admin.Jen

» LONGE COTE MEDITERRANNEE ET SPORT SANTE
Lun 30 Jan 2017 - 11:33 par Admin.Jen

» ADIEU TRICOTHON 2016....BIENVENU A TRICOTHON 2017
Jeu 15 Déc 2016 - 12:30 par Admin.Jen

» TRICOTHON CONTRE LE CANCER 2017
Mar 15 Nov 2016 - 9:39 par Admin.Jen

» TRICOTHON CONTRE LE CANCER 2016
Jeu 13 Oct 2016 - 16:37 par Admin.Jen

» Cancer du sein : les bienfaits de l’acupression pour réduire la fatigue
Mer 21 Sep 2016 - 11:53 par Admin.Jen

» Cancer : des chances de survie doublées en 40 ans
Mer 21 Sep 2016 - 11:49 par Admin.Jen

Mars 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier Calendrier

Marque-page social

Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

{FORUMAGE}

Conservez et partagez l'adresse de ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN LOI. 1901 sur votre site de social bookmarking

LE GINSENG DIMIN FATIGUE PDT TTT CANCER

Ven 6 Juil 2012 - 10:01 par Admin.Jen

"http://www.lanutrition.fr/les..."

"Le ginseng en médecine traditionnelle chinoise,est vu comme une plante énergisante et revitalisante"
Or des chercheurs ont montre que".... Voir lien ci dessus .
MERCI. "Guérir .Org". http://www.guerir.org. Smile Smile Razz Razz

Commentaires: 3

www.seinsermentsolidaire.com

CANCER DE L'OVAIRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

annonce CANCER DE L'OVAIRE

Message par mamashaa le Mar 27 Oct 2015 - 8:29

"obre 2015 à 19h30 | Mis à jour le 24 octobre 2015 à 19h30

Le cancer de l'ovaire, ce tueur silencieux
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Agrandir
Francine Cryans de Québec a survécu au virulent cancer de l'ovaire, qui fait 1700 victimes par année au pays.


DU MÊME AUTEUR


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Le Soleil


(Québec) Francine Cryans a survécu au cancer de l'ovaire, et elle se sait chanceuse. Parce que la tumeur est souvent découverte tardivement, les chances de survie au-delà de cinq ans sont minces. Pour Mme Cryans, l'espoir de meilleurs pronostics réside dans la sensibilisation, la prévention et, surtout, la recherche.
La résidente de Québec, qui se plaignait depuis 2004 de maux de ventre et de fatigue, a été diagnostiquée et opérée en février 2007 à l'âge de 65 ans. Après six traitements de chimiothérapie, Francine Cryans a eu raison de la maladie. «J'ai vraiment été chanceuse parce qu'on a m'a pris à temps et que mon cancer était seulement de stade 2», explique Mme Cryans, qui doit aussi sa chance au fait que son ovaire s'était «enkysté», empêchant la formation de métastases dans les ganglions et les tissus avoisinants, selon ce que lui aurait expliqué son médecin.
Mais toutes les femmes n'ont pas la chance de Mme Cryans. Cette année, 2800 Canadiennes recevront un diagnostic de cancer de l'ovaire, et 1700 en mourront. Si les chances de survie sont faibles, c'est parce que le diagnostic est souvent tardif, explique en entrevue le Dr Walter Henri Gotlieb, professeur d'obstétrique et de gynécologie à l'Université McGill. 
«Les symptômes [saignement vaginal anormal, masse qu'on peut sentir au toucher, besoin d'uriner souvent et de façon urgente, constipation, problèmes digestifs, ballonnement, fatigue, douleur ou pression dans la région pelvienne ou abdominale, par exemple] n'apparaissent qu'une fois que la tumeur pousse sur les organes environnants. Même à un demi-centimètre ou à un centimètre, le plus tôt qu'elle peut être découverte, la tumeur est déjà fort avancée», précise le spécialiste.

Le problème, dit-il, c'est que le cancer de l'ovaire a de l'espace pour grandir avant d'entraîner des symptômes. «Et comme l'ovaire n'est pas innervé [parcouru de nerfs], il n'y a pas de douleur associée quand le cancer se développe dans l'ovaire», ajoute le Dr Gotlieb, selon qui il n'existe aucune façon de détecter précocement ce type de cancer.
Reste donc la prévention, c'est-à-dire l'ablation des ovaires et des trompes de Fallope chez les patientes à haut risque. Par patientes à haut risque, on entend celles qui ont un historique familial de cancer de l'ovaire ou qui sont porteuses du gène BRCA, un gène peu fréquent aussi impliqué dans le cancer du sein.
Nouveau traitement
Dernièrement, Santé Canada a approuvé un nouveau traitement biologique, Avastin, pour le cancer de l'ovaire. Donné en combinaison avec la chirurgie et la chimiothérapie, il augmenterait les chances de survie de trois ou quatre mois, en moyenne. «C'est un médicament à base moléculaire qui est déjà utilisé pour le cancer du sein et le cancer du côlon. Il bloque les petits vaisseaux dont le cancer a besoin pour grandir, ce qui augmente la période sans maladie après la chimiothérapie», explique le Dr Gotlieb, conscient toutefois des limites du traitement, qui ne guérit pas.
D'où l'importance d'investir dans la recherche, ajoute le spécialiste. «Ce traitement [Avastin], c'est un pas dans la bonne direction. Il faut investir dans la recherche, dans la médecine moléculaire, de précision, pour comprendre comment combattre le cancer de l'ovaire et offrir aux femmes atteintes de vraies chances de survie. C'est la voie à suivre, c'est de là que va venir la solution», croit le DrGotlieb.
Sensibilisation
C'est aussi ce que pense Francine Cryans, qui s'implique aujourd'hui dans le groupe Ovaire espoir, qui offre de l'écoute et du support aux femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire. «C'est sûr qu'il faut investir dans la recherche, mais il faut aussi, comme femme, être vigilante. Il faut savoir écouter notre corps et consulter quand les symptômes s'aggravent», dit Mme Cryans, qui n'est pas porteuse du gène BRCA et dont l'historique familial ne faisait état d'aucun cancer du sein ou de l'ovaire lorsqu'elle a été diagnostiquée.
«Avant, ce cancer-là frappait surtout les femmes ménopausées, mais ce n'est plus le cas aujourd'hui, alors qu'on voit de plus en plus de femmes jeunes qui ont la maladie», se désole Mme Cryans, qui invite les médecins à être plus réceptifs lorsque leurs patientes se plaignent de symptômes pouvant évoquer ceux du cancer de l'ovaire.
Partager

_________________
La mort, c'est un manque de savoir-vivre.
Alphonse Allais [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
mamashaa


Revenir en haut Aller en bas

annonce Re: CANCER DE L'OVAIRE

Message par ebjb le Ven 18 Déc 2015 - 19:46

:"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Par La rédaction d'Allodocteurs.fr
Mis à jour le 17/12/2015 | 17:20 , publié le 17/12/2015 | 17:20


"Les résultats de l'étude font état d'une réduction de mortalité attribuable au dépistage allant de 15 à 28%", précise le Pr Ian Jacobs, de l'University College de Londres, qui a dirigé l'étude réalisée sur plus de 200.000 femmes britanniques âgées de 50 à 74 ans. Recrutées entre 2001 et 2005, elles ont été suivies jusqu'en 2014 dans treize centres répartis à travers tout le Royaume-Uni.
La moitié d'entre elles ont bénéficié d'un dépistage : un peu plus de 50.000 ont été surveillées grâce à une échographie pelvienne transvaginale annuelle tandis que 50.000 autres ont été soumises à un dosage annuel d'un "marqueur" spécifique du cancer de l'ovaire appelé CA-125 en plus de l'échographie.
Les 100.000 autres femmes n'ont fait l'objet d'aucun dépistage. A l'issue du suivi, d'une durée moyenne de dix ans, 1.282 femmes avaient développé un cancer de l'ovaire ; 649 en sont mortes.
En comparant les décès, les chercheurs ont montré une mortalité légèrement inférieure (allant de 11 à 15%) chez les femmes qui avaient bénéficié d'un dépistage.
Mais ils ont surtout découvert qu'une détection précoce du cancer grâce au dépistage permettait de réduire la mortalité "de manière significative" à long terme avec une mortalité réduite de 28% au delà de sept ans de suivi, contre seulement 8% avant sept ans.

Un cancer difficile à diagnostiquer 

Le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ne provoque généralement des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et qui peuvent être associés à d'autres pathologies (fatigue, ballonnements, douleurs abdominales ou des douleurs pelviennes), le cancer de l'ovaire est le plus meurtrier des cancers gynécologiques.
Il est à l'origine d'environ 150.000 décès chaque année dans le monde, selon des chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). En France, il touche environ 4.400 femmes par an dont plus de 3.000 en meurent ; 60% des femmes en meurent dans les cinq ans qui suivent le diagnostic.
Aucun dépistage organisé n'existe à ce jour, les études menées dans le passé, notamment au Japon et aux Etats-Unis, ayant montré que le dépistage systématique ne servait à rien.
Les auteurs de l'étude britannique insistent pour leur part sur la nécessité d'un suivi à plus long terme et la mise en place de tests plus sensibles avant de pouvoir se prononcer sur l'intérêt d'un dépistage dans la population générale.
Dans un commentaire joint à l'étude, le Pr René Verheijen des Pays-Bas salue les "résultats encourageants" de l'étude britannique, tout en s'interrogeant sur le fait que seulement 59% des cancers ont été détectés par le dépistage mis en place

_________________
CARPE DIEM:sunny:
avatar
ebjb
moderateur
moderateur


Revenir en haut Aller en bas

annonce C'EST MOI

Message par mamashaa le Mar 26 Jan 2016 - 13:43

Enfin en paix avec le sein,voilà t y pas que j'ai une tumeur cancéreuse sur l'ovaire gauche...
Je monte vendredi sur Paris pour faire prélèvement des ovocytes que je garderai précieusement .je tiens à avoir un deuxième enfant.
Je vais commencer une chimio ensuite pour l'ovaire et une hormonothérapie .J'ai 29 ans donc si tout va bien je pourrai avoir un bébé vers mes 30-35 ans.C'est POSSIBLE !
je vous embrasse.
PS je recherche des jeunes femmes ayant comme moi un cancer du sein et des ovaires et en âge de procréer.Merci

_________________
La mort, c'est un manque de savoir-vivre.
Alphonse Allais [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
mamashaa


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum