ASSOCIATION SEIN SERMENT SOLIDAIRE (LOI. 1901)
BIENVENUE PARMI NOUS
Derniers sujets
» NOTRE CARTE DE VISITE
Hier à 12:24 par Admin.Jen

» CANCER DU SEIN METASTATIQUE
Jeu 30 Nov 2017 - 10:20 par Admin.Jen

» Merci pour les bonnets !
Lun 27 Nov 2017 - 12:37 par Admin.Jen

» NOUVELLE ASSOCIATION CONTRE CANCER
Jeu 23 Nov 2017 - 10:40 par Admin.Jen

» LE CURCUMABOX!!!
Jeu 23 Nov 2017 - 10:13 par Admin.Jen

» TRICOTHON 2017
Lun 13 Nov 2017 - 10:22 par Admin.Jen

» ACTIVITE PHYSIQUE ADAPTEE
Ven 10 Nov 2017 - 19:44 par Admin.Jen

» RISQUE DE RECIDIVE CANCER HORMONODEPENDANT
Ven 10 Nov 2017 - 19:07 par Admin.Jen

» ARRETONS DE CULPABILISER LES FEMMES ATTEINTES DE ANCER DU SEIN
Ven 10 Nov 2017 - 19:05 par Admin.Jen

Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier

Marque-page social

Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

{FORUMAGE}

Conservez et partagez l'adresse de ASSOCIATION SEIN SERMENT SOLIDAIRE (LOI. 1901) sur votre site de social bookmarking

LE GINSENG DIMIN FATIGUE PDT TTT CANCER

Ven 6 Juil 2012 - 10:01 par Admin.Jen

"http://www.lanutrition.fr/les..."

"Le ginseng en médecine traditionnelle chinoise,est vu comme une plante énergisante et revitalisante"
Or des chercheurs ont montre que".... Voir lien ci dessus .
MERCI. "Guérir .Org". http://www.guerir.org. Smile Smile Razz Razz

Commentaires: 3

www.seinsermentsolidaire.com

Metastatic Breast Cancer Network

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

annonce Fin de la traduction(par Internet tjrs aussi moyenne!!)

Message par Rivanny le Jeu 11 Avr 2013 - 14:42

Nous sommes souvent traités comme des simulateurs de membres de la famille, des amis, de la profession médicale et le public en général. Après j'ai été interviewé dans une émission locale de Radio Publique Nationale, j'ai reçu un courriel d'un auditeur m'a dit qu'il ne voulait pas que ses impôts va soutenir "un fainéant amotivationnel." Belle petite phrase, ça. Si vous comprenez ce que cela signifie, s'il vous plaît faites le moi savoir. Tout ce que je sais, c'est que quand je l'ai lu, ça piquait.

Les personnes atteintes de douleur chronique sont parfois étiquetés comme «demandeurs» de médicaments dans les salles d'urgence et, en conséquence, se voient refuser tant besoin de médicaments contre la douleur. Plusieurs personnes m'ont dit que, à moins que leur médecin personnel est disponible pour se porter garant pour eux, ils ne vont pas à l'urgence, quelle que soit leur douleur devient insupportable.


Le dilemme de la façon de «présente» au monde. Devons-nous nous embellir et les personnes à risque à tort penser que nous pouvons participer pleinement à tout ce qu'ils font? Ceci est particulièrement un dilemme pendant les vacances et les réunions de famille. Les personnes souffrant de douleur chronique ou d'une maladie prendra grand soin de regarder leur meilleur pour tout le monde, seulement pour être critiqué pour ne pas tangage en plus avec la cuisine et le nettoyage. L'alternative est de rester dans nos sueurs qui peut conduire à des sentiments de culpabilité que nous nous laisser aller et ne pas en faire assez pour nous remonter le moral.
Nous sommes souvent mal jugé par les autres s'ils nous voient recherche de Nice ou d'être actif en aucune façon. Personnes en bonne santé ont tendance à croire que c'est tout ou rien: nous sommes malades ou nous ne sommes pas, nous sommes soit dans la douleur ou nous ne sommes pas. Et donc, s'ils nous voient faire quelque chose «normale», ils supposent que nous sommes 100% bien. Ce qui m'est arrivé à plusieurs reprises. Quelqu'un va me voir à un endroit espresso avec un ami et j'ai récupéré supposer, sans savoir que je suis venu sur le lit et va s'effondrer sur elle après la visite. Les gens ne sont pas délibérément être insensible. Ils ne savent pas.

Plus tragique, je connais des gens qui ont eu leurs prestations d'invalidité à long terme révoqués en raison d'un enquêteur envoyé pour espionner les ai vus être actif en quelque sorte. Dans un cas, l'enquêteur a vu la personne qui fait un peu de jardinage dans sa cour avant. Wow. Limited en tant que je suis, j'ai parfois arracher les mauvaises herbes, je ne peux pas demander à mon mari de faire tout !


Soignants. soignants face à leur propre ensemble de facteurs de stress. Ils doivent vivre avec la frustration de ne pas être en mesure de faire mieux à leurs proches. Ils sont soudainement jeté dans le rôle de défenseur des malades dans le système médical, un rôle pour lequel ils n'ont pas de formation ou d'expertise. Ils ont souvent de prendre en charge la gestion du ménage. Les soignants nous voir à notre pire, comme nous l'avons mis sur un bon spectacle pour les autres (pour moi, cela signifie courir sur l'adrénaline), pour s'effondrer lorsque nous sommes dans l'intimité de nos maisons ou appartements.
Les aidants d'un conjoint ou d'un partenaire aussi doivent s'adapter à l'isolement qui résulte de la perte de leur compagnon dans le monde. Cela a été très dur pour mon mari. Pour la plupart, quand il sort, il va seul. Quand il se déplace pour visiter de vieux amis, il voyage seul. C'est très difficile. Je peux dire.

Beaucoup de soignants, en particulier les hommes, souffrent en silence, ne pas partager avec des collègues ou des amis les charges qu'ils portent et comment difficile de leur vie est devenue. Il n'est pas surprenant que beaucoup de ces «aidants naturels invisibles" sont cliniquement déprimés.

Ce sont quelques-uns des défis que ceux d'entre nous souffrent de maladies chroniques et ceux qui prennent soin de nous affronter. C'est comme si une deuxième vie parallèle a été superposée à celle que nous vivons déjà. Pas étonnant que nous pensons que cette seconde vie est un emploi à temps plein en lui-même un travail que nous ne formons pas et dont nous sommes souvent mal équipés pour effectuer. Il m'a fallu des années pour trouver une mesure de paix et de joie dans cette main, j'ai été traitée.

Mon souhait sincère est que vous trouviez votre mesure de paix et de joie aussi.

© 2011 Toni Bernhard [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Je suis l'auteur du gagnant Nautilus médaille d'or How to Be Sick: Un guide d'inspiration bouddhiste pour les malades chroniques et leurs aidants.

Mon nouveau livre, Comment Wake Up: Un guide d'inspiration bouddhiste de navigation Joy and Sorrow , est disponible en pré-commande et sera disponible en septembre

S'il vous plaît me rejoindre sur Facebook, Twitter, Pinterest. Vous pouvez également vous abonner à mon blog, voir les choix ci-dessus ma photo sur cette page.

avatar
Rivanny
Admin
Admin


Revenir en haut Aller en bas

annonce Metastatic Breast Cancer Network

Message par ebjb le Jeu 11 Avr 2013 - 10:45

Metastatic Breast Cancer Network


The Challenges of Living with Invisible Pain or Illness


Désolée je n'arrive pas a mettre traduction...AH ça y est mais c'est pô terrible!!!

" Les défis de la vie avec la douleur ou d'une maladie invisible

Les soignants et les personnes dont ils s'occupent souvent vivent dans un monde invisible.
Publié le 28 Septembre 2011 par Toni Bernhard, JD en tournant la paille en or
En mai 2001, je suis tombé malade avec ce que les médecins pensaient était une infection virale aiguë. Mais je n'ai pas récupéré. Comme les mois ont passé et je n'ai pas mieux, je me sentais comme si j'avais entré dans un univers parallèle que je ne connaissais pas. Une des raisons de cet univers est en grande partie invisible, c'est que de nombreuses personnes vivant avec la douleur chronique ou d'une maladie ne ressemble pas à ceux qui les entourent. Nous n'avons tout simplement pas l'air malade ou dans la douleur.
Je devrais nuancer. Les gens qui sont avec nous tout le temps savoir que nous souffrons. Ils voient ces différences subtiles dans notre comportement quand nos symptômes s'intensifient. Ce sont nos soignants (appelés «aidants» dans de nombreux pays) et ils habitent ce monde parallèle avec nous. A la fin de cet article, je vais parler des défis uniques auxquels elles sont confrontées.

J'ai été surpris d'apprendre combien de problèmes médicaux sont invisibles pour les autres, même les maladies qui mettent la vie en danger, comme le cancer et les maladies cardiaques. Je suis sûr que la plupart des téléspectateurs qui ont vu Venus Williams-récemment diagnostiqué avec le syndrome de Sjögren-regarder depuis les tribunes que sa sœur a joué dans la finale US Open de tennis, pensé: «Mais elle ne regarde malade. "

Quelles sont quelques-unes des expériences que nous partageons dans cet univers invisible?

Culpabilité, l'embarras et l'isolement. Nous avons souvent l'impression que c'est de notre faute si nous sommes tombés malades ou que notre corps est tombé en panne en quelque sorte, comme si c'est un échec personnel de notre part. Nous vivons dans une culture qui vénère sur l'autel de bien-être. Nous sommes bombardés par des publicités qui nous disent que nous pouvons être en bonne santé tout le temps. Oui, il est normal de tomber malade ou être dans la douleur aiguë due à une blessure ou une intervention chirurgicale, mais alors que nous sommes censés aller mieux. Tout le monde s'attend à ce que de moi et je m'attendais à ce que de moi-même. Pendant des années, je me suis senti gêné que je n'ai pas été à la hauteur de la norme culturelle.

Cette attente de la santé parfaite est particulièrement difficile pour les jeunes qui font face à la pression de la famille et des amis de «frapper la salle de gym" et "rester en forme." Je ne savais pas combien de lutte des jeunes souffrant de douleur chronique et la maladie. J'étais déjà grand-mère quand je suis tombé malade, donc, si je me sentais gêné, imaginez comment ils se sentent.
Beaucoup d'entre nous croient que nous avons laissé notre famille et nos amis vers le bas. Dans les premières années de la maladie, j'avais l'habitude de pleurer à mon mari: «J'ai gâché ta vie." Je me considère chanceux d'avoir eu son épaule pour pleurer parce que tant de conjoints ne collent pas autour, en laissant ceux qui sont malades ou dans la douleur de leur propre chef, parfois à élever de jeunes enfants. L'isolement peut être dévastateur, tout comme la culpabilité de ne pas être aussi actif, un parent comme on avait rêvé. Même ceux d'entre nous qui ne sommes pas seuls doivent s'adapter à une vie d'isolement social relatif, car la plupart de nos amis lentement à la dérive.

Frustration devant le manque de compréhension. Vous ne pouvez pas intense douleur chronique ou d'une maladie liée à la fatigue débilitante sortent par l'exercice intense, même si j'ai lu de nombreux récits de médecins qui ont prescrit simplement cela comme un traitement. Ce manque de compréhension de la part de la communauté médicale ne peut avoir de graves conséquences, même mortelles, parce que les gens deviennent pistolet-timide de voir un médecin si un nouveau symptôme apparaît-un symptôme qui pourrait se révéler être un signe d'une vie en danger, sans rapport médical problème.

We're often treated as malingerers by family members, friends, the medical profession, and the general public. After I was interviewed on a local National Public Radio show, I got an email from a listener telling me that he didn't want his tax dollars going to support "an amotivational slacker." Nice little phrase, that. If you figure out what it means, please let me know. All I know is that when I read it, it stung.

People with chronic pain conditions are sometimes labeled as "drug seekers" in emergency rooms and, as a result, are denied much-needed pain relief medication. Several people have told me that, unless their personal doctor is available to vouch for them, they won't go to the ER, no matter how unbearable their pain becomes.


The dilemma of how to "present" to the world. Should we spruce ourselves up and risk people erroneously thinking we can participate fully in whatever they're doing? This is particularly a dilemma during the holidays and at family gatherings. People suffering from chronic pain or illness will take great care to look their best for everyone, only to be criticized for not pitching in more with the cooking and clean-up. The alternative is to stay in our sweats which can lead to feelings of guilt that we're letting ourselves go and not doing enough to lift our spirits.
We're often misjudged by others if they see us looking nice or being active in any way. Healthy people tend to assume it's all or nothing: we're either sick or we're not; we're either in pain or we're not. And so, if they see us doing anything "normal," they assume we're 100% well. This has happened to me many times. Someone will see me at an espresso place with a friend and assume I've recovered, unaware that I came from the bed and will collapse on it after the visit. People aren't deliberately being insensitive. They just don't know.

More tragic, I know people who've had their long-term disability payments revoked because an investigator sent to spy on them saw them being active in some way. In one instance, the investigator saw the person doing some gardening in her front yard. Wow. Limited as I am, I sometimes pull weeds; I can't ask my husband to do everything!


Caregivers. Caregivers face their own set of stressors. They must live with the frustration of not being able to make their loved ones better. They're suddenly thrown into the role of patient advocate in the medical system, a role for which they have no training or expertise. They often have to take over the running of the household. Caregivers see us at our worst, as we put on a good show for others (for me, this means running on adrenaline), only to collapse when we're in the privacy of our own homes or apartments.
Caregivers of a spouse or partner also have to adjust to the isolation that results from losing their companion out in the world. This has been very hard on my husband. For the most part, when he goes out, he goes alone. When he travels to visit old friends, he travels alone. It's very hard. I can tell.

Many caregivers, particularly men, suffer in silence, not sharing with co-workers or friends the burdens they bear and how difficult their life has become. It's not surprising that so many of these "invisible caregivers" are clinically depressed.

These are some of the challenges that those of us with chronic medical conditions and those who care for us face. It's as if a second, parallel life has been superimposed on the one we're already living. No wonder we feel that this second life is a full-time job in itself—a job we didn't train for and which we are often ill-equipped to perform. It took me many years to find a measure of peace and joy in this hand I've been dealt.

My heartfelt wish is that you find your measure of peace and joy too.

©️ 2011 Toni Bernhard [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

I'm the author of the Nautilus Gold Medal winner How to Be Sick: A Buddhist-Inspired Guide for the Chronically Ill and their Caregivers.

My new book, How to Wake Up: A Buddhist-Inspired Guide to Navigating Joy and Sorrow, is available for pre-order and will be released in Sept.

Please join me on Facebook, Twitter, Pinterest. You can also subscribe to my blog—see the choices above my picture on this page.


" Rolling Eyes Rolling Eyes Arrow Arrow Question Question Wink Twisted Evil Twisted Evil

_________________
CARPE DIEM[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
ebjb
moderateur
moderateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum